Yves-André

Force et respect

Yves-André s’est fait tatouer pour la première fois à l’âge de 18 ans. C’est une couronne contenant une inscription sur l’intérieur du biceps gauche. En 2 fois 3 heures, cet encrage est un signe affectif adressé (ou en mémoire ?) à un ami décédé. C’est aussi, pour lui, un symbole de loyauté.
A qui est adressée l’inscription « StayStrong » ?

Puis à 22 ans, il a décidé de porter un tatouage tribal. Comme un signe d’appartenance à un groupe. Son équipe de rugby ?

Beaucoup de joueurs de rugby portent un tatouage tribal, le tattoo des guerriers. Le chant systématique d’avant match des All Black (lire la vidéo YouTube en bas de page), le ¹ Haka Ka Mate (en maori) est particulièrement significatif :

Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
A hupane ! A kaupane ! A hupane ! A kaupane !
Whiti te ra ! Hi ! »

¹ C’est la mort ! C’est la mort ! C’est la vie ! C’est la vie !
Faites face ! Faites face en rang ! Faites face ! Faites face en rang !
Soyez solides et rapides devant le soleil qui brille ! »

Yves-André semble posséder les valeurs, les forces, peut-on aller jusqu’à dire « l’âme » d’un guerrier ?
Un très beau tatouage maori orne tout son bras droit. Comme ses camarades de rugby, il aime le combat mais en respecte toutes les règles, dit-il.
La forme cherchée et trouvée sur le Net a été adaptée par une tatoueuse de Martigues.
A 23 ans la 2e partie du bras a été encrée.

La droite ! Maori En fleurs Reste fort

Yves-André a « comme un sentiment d’inachevé » et la suite de sa vie dira s’il continue les encrages sur son corps.