Romain

La science consiste à passer d’un étonnement à un autre. Aristote

A 23 ans, Romain était un voyageur, un routard. Peut-être l’est-il encore un peu ?

A New York, en 2012, il se fait tatouer l’Amérique centrale et l’Amérique du sud sur son biceps gauche intérieur. Juste un trait -douloureux- qui fait le tour des deux Amériques qu’il a sillonnées pendant des mois. Le tatouage c’était la fin -douloureuse ?- d’un voyage, de son voyage. Il regrette d’avoir choisi ce mauvais tatoueur de New York parce qu’il trouve que ce travail est « bâclé ».
A son retour, a-t-il pensé à ces phrases de Nicolas Bouvier dans L’usage du monde ?  « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui même. On croit qu’on va faire un voyage mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait. »

Un an après, à Lille, il décide de se faire tatouer le nombre 13 en chiffres « romains » (!) : XIII.

Pourquoi ce nombre ? Romain raconte qu’à l’âge de 13 ans, il a vécu un évènement familial qui l’a profondément marqué, choqué. Dix ans plus tard, un tatouage sur son bras -« un endroit joli du corps »- visible par lui-même, et par tous, semble lui rappeler constamment ce moment très fort de sa vie.

Digression qui n’en est pas une : Lorsque l’on voit ce nombre, tout de suite « on » (mais qui est « on » ?) pense à la célébre BD « XIII » imaginée par Jean Van Hamme et dessinée par William Vance pendant 23 ans. En 1984 (1er tome), Romain n’était pas né. Quand le 19e et dernier tome¹ est paru « Dernier Round », il avait 17 ans. MAIS CELA N’A RIEN À VOIR AVEC LUI !

Tous les XIII

Il ne connaît cette BD que depuis peu. Il s’y est intéressé par la force des questions récurrentes tentant de faire un rapprochement.

Romain a maintenant 26 ans. Passionné de sciences, il décide de se faire tatouer « une version des lois de l’attraction » (lois scientifiques qui l’intéressent le plus). A Lille, chez une tatoueuse qu’il connaît, il présente un dessin personnel et explique ce qu’il attend. La tatoueuse, avec son style, restituera sur son flanc droit, un encrage correspondant bien à son souhait.

Beau, original et mystérieux, le dessin montre une sphère -divisée en 3 parties visibles, par 2 méridiens- encrée en « dot », des vecteurs de sens différents (sens horaire), des formules écrites en rouge, en vert, en noir. Sauf à être un spécialiste, il faut que Romain décode ce tatouage pour l’observateur. Et encore. Il faudrait prendre note de la signification (et la comprendre !) de tous les éléments.
Les verts et les rouges vieillissent mal, Romain les fera reprendre.

A part ce 3e tatouage dont Romain semble fier, les deux autres sont modifiables. Le seront-ils un jour ?
Il a l’intention d’en rajouter un ou deux de plus : sur les épaules, les bras, le torse. En old school.

Ses tatouages lui donnent le sentiment d’appartenir à une communauté. Il n’hésite pas à les montrer mais n’en révèle pas forcément toutes les significations. Il dit qu’il faut prendre du temps avant de se faire tatouer, « en parler au maximum de gens ». Et ajoute en direction des tatoués : « Attention à l’addiction ».

romain1

¹(En 2009, les auteurs ont décidé de confier « une » suite à Yves Sentes et Iouri Jigounov. Depuis, plusieurs tomes sont sortis (bientôt le 24e). Ces auteurs déclinent des histoires autour des personnages principaux de la série originale).