Mélanie

Mon tatouage ? C’est ma vie !

Mélanie a de longues et belles jambes. Quand on la croise l’été, qu’elle est en short jean, on la regarde. Et puis on regarde ensuite sa jambe gauche et, si elle a les bras dénudés, son bras gauche. Un long et fin tatouage semble enlacer sa jambe de la cheville jusqu’en haut de la cuisse. Le même tatouage paraît se poursuivre de l’épaule au poignet.

Mélanie a 29 ans et a commencé à se faire tatouer à l’âge de 19 ans. Une erreur de jeunesse chuchote-t-elle. Un tatoueur pris au hasard, un motif choisi sur catalogue : des caractères chinois signifiant « chance », sont écrits, décentrés, sur le bas de son ventre. Cet achat, Mélanie le regrette d’autant que l’encrage a été très douloureux.

Sur sa main droite, trois autres caractères chinois : le prénom de son frère aîné décédé à cause d’un accident. Très visible, c’est un tatouage particulièrement sentimental qui s’imposait à elle.

Il y a trois ans, Mélanie a commencé LE 3e qui lui tient tellement à coeur. Il raconte une grande partie de sa vie : c’est le grand tatouage marquisien qu’elle porte sur la jambe et le bras. Réalisé par un tatoueur marquisien émigré à La Rochelle, elle l’aime beaucoup.
Très esthétique, fin, il relate, partie par partie, la vie de Mélanie. Il faut évidemment connaître les codes du Pacifique pour lire ces moments forts lui appartenant.
De la cheville à la cuisse, il retrace, dans l’ordre, les voyages, la famille, les combats.
Sur son bras, au poignet le dessin parle de son frère décédé, à l’épaule ses deux autres frères, entre les deux les liens qui les unissent, « la fraternité ».
L’encrage n’a pas été douloureux : « je dormais pendant le tatouage ».

Mélanie a choisi ces zones corporelles pour avoir un tatouage « en continuité, qui se lit comme on déroule un parchemin ».

En septembre prochain, elle donnera une suite à la représentation de sa vie : le tatouage fera le lien entre sa jambe et son bras, de l’aisselle à la cuisse en passant par le flanc gauche. Elle y racontera sa vie « à elle ».

Le 4e tatouage, discret et intime (sous la poitrine) est un lettrage : « Hope to see you ». Placé près du coeur, c’est un tatouage très affectif en lien avec sa mère souffrante.

Mélanie a besoin de cette trace indélébile montrant sa vie, les évènements heureux et malheureux, sur son corps. Elle se sent plus forte maintenant.

Août 2016