Jessica

Des ornements pour le corps

Des initiales en anglaise, des surnoms, une date en chiffres romains, une arabesque… Jessica marque son corps au fil des ans.
Ses deux 1ers tatouages sont le fruit du hasard. A 18 ans elle se trouve en Espagne, elle rencontre un tatoueur et se fait encrer trois initiales. Puis deux surnoms sont tatoués « dans la foulée » sur la hanche. Jessica dit simplement qu’ils ont un rapport avec son enfance, sa jeunesse. Pas plus.

Elle a maintenant 23 ans et, il y a quelque temps, à Cognac, elle s’est fait tatouer une fine arabesque sur la hanche, presque à toucher les trois initiales et les deux surnoms. Il ne faut pas chercher un sens quelconque à ce dessin, c’est seulement pour « l’esthétique ».

Au Grau du Roi, un tatoueur lui encre une date en chiffres romains sur la main, juste au début de l’index droit. Cette date correspond à une rencontre.
Et puis le 5e tatouage : des initiales en anglaises sur le poignet droit. Elle regrette celui-ci car les initiales correspondaient à une relation amoureuse qui est terminée.
Ces deux derniers tatouages sont très visibles contrairement aux autres qui ne se voient que quand elle se dénude. Elle trouve qu’une main tatouée, « c’est joli, c’est décoratif ».

Tous ces tatouages, Jessica les a faits pour elle seule, personne ne l’a influencée sur ses choix de motifs, de zones du corps… On lui pose souvent des questions à leurs propos. La plupart du temps, elle n’y répond pas ou très évasivement.

Elle va faire prolonger l’arabesque qui montera sur les côtes et descendra sur la jambe.

Les tatouages « c’est beau » dit-elle et « Il faut bien réfléchir avant de se faire tatouer ».