Cécile

27 ans

 

MALHEUR DOULEURS

Mon premier tatouage date de juin 2019. C’est un peu un coup de tête qui fait suite au décès de quelqu’un de très proche de moi.

Un matin je me suis levée, j’ai dessiné quelque chose. Je suis allée voir un tatoueur et j’ai dit « Voilà je veux ça ».

Avec du recul, dès que je le vois, ça me fait penser à lui. Mais je n’ai pas besoin du tatouage pour me souvenir… Quand je prends ma douche, comme il est situé sur les côtes, « je me le reprends de plein fouet ». À l’avenir, je me le ferai peut-être recouvrir, toujours dans le but d’évoluer. Quand je ferai ça, je n’oublierai pas pourquoi je l’ai. Ce sera toujours en rapport avec lui.

C’est un tatouage « douleur ». J’étais très mal et j’avais besoin de souffrir un peu physiquement. Sur les côtes, ça m’a fait vraiment très mal. L’encrage a duré 30 minutes. Souffrir pour souffrir…

Le désespoir...
Le désespoir...
arbre

 

UNE LONGUE RÉFLEXION

Mon deuxième tatouage est mûrement réfléchi : j’y pense depuis sept ans, voire plus. JE VOULAIS UN ARBRE.

Si j’avais su dessiner, je l’aurais fait il y a quelques années déjà. J’ai développé une passion « arbres » depuis mes 15 ou 16 ans et donc pourquoi ne pas faire « graver » cette passion sur ma peau.

Je n’osais pas passer à l’acte et franchir le cap. Mais ce malheur a surgi. Je me suis réveillé un matin sauf qu’il n’y avait pas « l’arbre » sur mon corps, alors que j’avais l’autre.

L’ARBRE, L’ESSENCE DE LA VIE, DE MA VIE

Faire un tatouage, c’est de « l’art sur peau » qui fait partie de nous. Le symbole de l’arbre me parle : j’ai la bague, le collier, la chaîne de cheville. L’arbre est pour moi l’essence de la vie. C’est l’ANCRAGE.

Les arbres étaient là avant nous, ils seront là après nous. Un arbre ça évolue, ça supporte énormément de choses, c’est de la force, avec des racines qui s’ancrent profondément.

Donc pour moi, c’était vraiment un arbre. Un arbre avec quatre branches, quatre membres de ma famille. Malheureusement, depuis ce qui m’est arrivé, j’ai évolué : faire que ce moment de ma vie apparaisse dans le tatouage.

ARBRE

LA TATOUEUSE

Ce qui est compliqué quand tu ne sais pas dessiner, c’est trouver un tatoueur à qui faire confiance, à qui expliquer ton projet, qui va le mettre sur feuille, à qui tu vas oser dire « Ben non, là ça ne me plaît pas, » « là ça ne me plaît pas, parce que c’est quand même à vie. » On y pense, on ne veut pas regretter ! Chaque tatouage fait partie de nous et évoque une histoire…

Cette tatoueuse, je l’avais vue sur les réseaux sociaux. Une connaissance s’est fait tatouer tout le bras par cette personne et j’ai vu que c’était très fin. Je me suis dit « ça me plaît ». Je lui ai écrit, on a discuté et j’ai senti qu’elle était intéressée par le projet.

J’ai expliqué ce que je voulais, j’ai expliqué la situation, je lui ai montré des photos sur Instagram, d’arbres sans racines, je lui ai dit « quatre branches dont une avec moins de feuilles ».

Elle l’a dessiné, me l’a envoyé. J’étais retournée la voir : « Ça il faudrait peut-être le changer ». Elle m’avait renvoyé la photo. « Ça ne me plaît encore pas, faudrait changer comme ci, comme ça… ». Jusqu’au dessin final reproduit sur mon dos. Quoique sur le dessin le tronc n’était pas totalement fini. Elle me l’avait fait « circulaire », les branches un peu féériques, mais ça c’est pas moi. Moi je voulais quelque chose de plus « écorce » ! Comme celle d’un chêne.

 

 

 

L’ARBRE AUX QUATRE BRANCHES

 

Ça a duré 3 heures pour tout le tatouage. J’ai commencé à avoir très mal quand elle a fait les feuilles, la dernière heure. Elle avait encré tronc et branches mais elle a repassé sur certains endroits pour faire les feuilles, je l’ai senti…

Au niveau douleur, c’était « gentil » au début, puis au fil du tatouage ça commençait à brûler de plus en plus. On a bien discuté. J’ai parlé de mon histoire, elle m’a parlé de la sienne.

Maintenant il est terminé, il finit en arc de cercle parce que je ne sais pas ce qui va m’arriver demain. Je veux pouvoir le faire évoluer, ajouter des choses. Le jour où j’aurai des enfants, peut-être que j’inscrirai des nouveaux tracés avec les racines.

EFFETS TATOUAGE

 

Tout le monde a trouvé le tatouage très beau. Mon entourage proche le comprend bien. Une branche qui perd ses feuilles et huit oiseaux qui s’envolent vers le ciel. Mais les « autres » voient juste un arbre…

On ne va pas se mentir, il y a aussi un effet esthétique et moi mes tatouages ne se voient pas -sauf quand je porte des débardeurs… et j’en porte souvent ! Je suis un petit peu frustrée de ne pas pouvoir voir mon arbre étant donné l’endroit où il est situé. Mais il est là.

Je me dis que je suis au bout de mon projet.

 

JE L’AI FAIT ! ET C’EST BIEN…